Restauration piano Gaveau grand quart de queue de 1910

Pour le compte de clients Frelinghinois nous avons eu la chance de restaurer entièrement leur piano à queue de famille, un Gaveau de 2 mètres.

La table d’harmonie présente de nombreuses fentes, un flipotage s’impose.

On creuse tout d’abord les fentes pour les élargir légèrement. On insère de force à l’aide d’un maillet les flipots de bois dans les fentes avec de la colle. On finit par raboter à fleur afin que rien ne dépasse.

La table d’harmonie a récupéré son galbe d’origine, cette opération couplée au changement de cordes et de têtes de marteaux va permettre au piano de retrouver sa sonorité.

Les chevilles sont molles, rouillées et abîmées. Elles ne permettent plus de tenir l’importante tension des cordes. Les cordes basses et acier sont totalement rouillées. Dans cet état il est tout bonnement impossible d’accorder le piano. Nous allons donc tout changer : cordes acier, cordes filées et chevilles.

Les marteaux ont clairement subi le passage du temps. Ils sont fortement abîmés et ne permettent plus au piano d’exprimer toute sa richesse sonore. Les étouffoirs quant à eux sont tellement rongés et moisis qu’ils ne remplissent plus du tout leur fonction. Nous changeons donc les têtes de marteaux et les feutres d’étouffoirs.

Nous gardons les revêtement des touches ivoires d’origines qui ne nécessitent que quelques réparations pour un confort de jeu optimal et un bon lustrage pour retrouver son éclat.

Le Changement des mortaises d’enfoncements et de balanciers rendra sa stabilité au clavier permettant une précision de jeu accrue.

Changement des feutres d’attrapes et des pilotes pour un fonctionnement optimal de la mécanique.

Toutes les parties mécaniques et harmoniques du piano ont maintenant été restaurées. Nous allons pouvoir nous attaquer au côté esthétique.

Pour commencer, les pieds.

Le changement des pieds et des roulettes n’a pas été une mince affaire.

Un technicien avait, il y a de nombreuses années, coffré les pieds ronds du Gaveau. Pour ce faire il a raboté et poncé les pieds afin de les rendre carrés. Ceux-ci sont donc totalement irrattrapables et inutilisables. Il va falloir les changer. Heureusement nous avons à notre disposition un stock d’anciens pianos, nous allons bien réussir à retrouver des pieds qui conviennent.

Ici, pas le droit à l’erreur.

Beaucoup de recherches, de remise en question et d’essais seront nécessaires. Le moindre problème d’angle ou de solidité pourrait être catastrophique. Le piano pèse entre 350Kg et 400Kg. Si les pieds ne soutiennent pas parfaitement ce poid, le piano pourrait tout simplement s’effondrer.

Nous avons pu récupérer les pieds d’un vieux piano Pleyel de notre réserve, que nous avons adapté au Gaveau. Car il ne suffit pas de trouver les bons pieds, il faut faire en sorte que ceux-ci s’enclenchent parfaitement sous le Gaveau que nous restaurons. Cela nécessite la création d’un nouveau pas de vis en bois, la solidification de la structure du pied par insertion d’une tige en acier, ainsi que la taille d’une semelle pour le pied arrière car contrairement au Gaveau, le pied arrière des pianos Pleyel est plus court.

Nous attaquons maintenant le ponçage, la mise en peinture et le vernissage du cadre métallique accompagné d’une ébénisterie complète du meuble. Le piano retrouve son apparence d’origine.

Il ne nous reste plus qu’à procéder au réglage de la mécanique suivi de nombreux accords pour stabiliser l’instrument et d’une harmonisation pour une homogénéité sonore.

Au sortir de notre atelier, le piano est comme neuf et transporté par nos soins dans sa nouvelle demeure.

Cette restauration titanesque a mobilisé toute notre équipe pendant des semaines entières.

Le résultat, époustouflant, nous as apporté à nous ainsi qu’a notre client une très grande satisfaction.