Le réglage de piano droit

 Le réglage de votre piano vous assure une qualité de jeu et de son optimal. Un piano réglé donnera le meilleur de lui même. Le réglage de votre piano est très important dans le sens ou un piano de très haute facture complètement déréglé répondra mal au jeu du pianiste et “sonnera” moins bien qu’un piano d’entrée de gamme bien préparé par un technicien qualifié.


Les informations présentes sur cette page sont à titre indicatif.
En général, les ateliers n’ont pas tous la même technique pour la même prestation.
Sur ces pages, nous vous présentons humblement notre façon de faire.
Nous vous déconseillons vivement d’essayer de réparer, régler ou d’accorder votre piano par vous même.
La réalisation de chacune des prestations présentées sur ce blog demande des années d’expériences et de pratique avant de pouvoir être réalisée correctement.


Le réglage complet est nécessaire tous les 10 à 20 ans, selon la qualité de l’instrument, la fréquence de son utilisation, le lieu où il est entreposé, le nombre de transports qu’il a connu ainsi que les variations de température et d’hygrométrie qu’il subit durant l’année.

 

Le réglage de l’instrument s’effectue plus aisément en atelier et demande donc le transport de l’instrument dans notre atelier. En cas de grosse difficulté pour déménager le piano, un technicien pourra venir chez vous pour effectuer le réglage sur place.

 

En général, un réglage complet peut prendre jusqu’à deux journées de travail.

Le forfait “réglage complet” proposé par l’atelier du piano comprend:

-le transport aller-retour de votre piano.

-Le nettoyage complet de l’instrument.

-serrage de toutes les vis de mécanique.

-Préréglage et réglage complet de la mécanique.

-Pré-harmonisation

-Accords.

-harmonisation.

 

Dans la suite de l’article, nous allons décrire succinctement chacune des étapes.

 

Les outils

 

1) Le transport

Transport de piano

Le transport d’un piano doit absolument être fait par des personnes expérimentées en la matière. En général il suffit de deux personnes, mais de temps à autre il peut arriver de le faire seul, ou avec l’aide du client.

Technique, expérience et équipement adéquat sont la garantie d’un transport sans dégâts et sans soucis.

Nous venons chercher le piano chez vous et nous nous chargeons de tout.

 

2) Le nettoyage.

Poussière misère

La toute première étape en atelier consiste à nettoyer de fond en comble le piano. Quand vous récupérerez votre piano, il sera totalement dépoussiéré et nettoyé. Bien plus agréable pour le technicien de travailler sur un piano propre!

Pour cela, nous démontons entièrement le meuble, nous retirons la mécanique et toutes les touches. À l’aide d’un souffleur relié à un puissant compresseur, nous soufflons intégralement l’intérieur du meuble ainsi que chaque touche individuellement. La mécanique est également soufflée, en prenant garde de ne pas souffler les étouffoirs qui, très sensibles, ne résisteraient pas une seconde à une telle pression.

 

3) Le serrage des vis de mécanique.

La mécanique de votre instrument est composée d’une multitude de pièces indépendantes, les 88 chevalets, 88 marteaux et en général les 60 et quelques étouffoirs, sont tous maintenus par des fourches vissées au corps de la mécanique. Cela nous fait déjà quelques 240 vis à resserrer, à cela s’ajoute les vis de maintien des barres de repos.

Cette étape est primordiale puisqu’elle assurera une meilleure tenue dans le temps du réglage de votre piano.

 

4) Le préréglage

Après préréglage

Avant préréglage

Le préréglage consiste à remettre en place et aligner les nombreux éléments de la mécanique:

Les marteaux pour commencer, seront dégauchi, défaucher et centrer.

Le défauchage est nécessaire lorsqu’un marteau se déplace latéralement lors de son mouvement au lieu de partir bien droit. Pour régler ce problème, nous démontons le marteau et calons une petite bande de papier derrière la fourche du côté inverse de celui dans lequel le marteau part.

Le dégauchissage est nécessaire lorsque la tête de marteau est désaxée. Cela consiste à faire chauffer légèrement le point de colle entre le manche de marteau et la tête de marteau afin de replacer la tête de marteau dans son axe.

Le centrage de marteau consiste à déplacer le marteau sur sa droite ou sur sa gauche afin que celui-ci se trouve dans sa position d’origine, en face des cordes qu’il doit frapper.

Les marteaux sont désormais bien alignés et frappent tous sur les coeurs de cordes qui leur correspondent sans se gêner mutuellement.

 

5) La pré-harmonisation.

Avant poncage

Après le poncage

Maintenant que toutes les têtes de marteaux sont bien alignées, nous allons passer à la pré-harmonisation.

Les marteaux à force de frapper les cordes finissent par être marqués par celle-ci.

Cette usure très visuelle se caractérise par la présence de stries au niveau du point de frappe de chaque tête de marteau.

Pour cette opération, la mécanique est retirée du piano et couchée sur un établi. Les têtes de marteaux sont poncées une par une avec une technique bien spécifique qui permet de respecter la forme arrondie des marteaux.

Plusieurs passages sont nécessaires. Les têtes de marteaux sont tout d’abord poncées avec du papier de verre grain 150 pour bien dégrossir. Puis au 220, 400, 800 jusqu’au 1500 selon la clarté du son recherchée.

Cette pré-harmonisation redonnera de la rondeur aux têtes et éclaircira le son devenu “mou” à cause de l’usure naturelle des têtes de marteaux.

 

6) Le réglage

Le réglage de la mécanique d’un piano se constitue en plusieurs étapes successives à suivre dans un ordre précis.

Chaque opération doit être répétée 88 fois avec la même régularité et précision.

 

A : La mise sous le nez

Réglage des pilotes

Elle consiste à régler les pilotes situés en bout de touche de façon à ce que ceux-ci soient en contact direct avec le chevalet qui les surplombe. Un pilote trop bas créera une sensation de creux très désagréable au toucher, alors qu’un pilote trop haut alourdira le toucher et faussera largement la suite du réglage. Les pilotes sont vissés ou dévissés selon que l’on veut respectivement les abaisser ou les relever.

 

B : niveau de clavier.

Niveau de clavier

Les touches d’un clavier se doivent d’être toutes à la même hauteur. Pour ce faire, nous rajoutons ou enlevons des mouches de balancier au niveau des pointes de balancier.

Ce réglage est extrêmement précis puisque l’épaisseur des mouches de balancier peut varier de 0.04mm à 1.6mm. On règle quelques touches à la hauteur souhaitée à chaque

Mouches d’enfoncement et de balancier

extrémité du clavier. On place ensuite un profilé métallique, sorte de grande règle parfaitement plate sur le clavier. On peut ensuite observer les écarts grâce aux jours qui se forment entre les touches trop basses et le profilé métallique. On répète ensuite cette opération pour les touches noires.

 

 

 

C : enfoncement

Enfoncement de noires

Enfoncement des blanches

Toutes les touches doivent s’enfoncer à la même profondeur. Le technicien utilise une cale d’enfoncement de la taille souhaité et appuie avec sur les touches blanches . En effleurant le dessus de cale d’enfoncement et la touche adjacente, il sent du bout des doigts si une différence de quelques dixièmes de millimètre existe. Il compense ensuite cette différence en enlevant ou en ajoutant des mouches d’enfoncement sur la pointe d’enfoncement situé sous la touche. Il existe aussi des cales lestées (ref photo). Le technicien a le choix selon sa préférence.

 

D : Échappement.

échappement

échappement

Lorsque vous appuyez doucement sur une touche de votre piano, vous sentirez peu de temps avant d’atteindre le fond une légère sensation de “frottement”, Il s’agit en réalité du bâton d’échappement situé sur le chevalet qui échappe. La zone situé après l’échappement appelé par les techniciens le “gras” ou “aftertouch” est une composante importante de la sensation de toucher . Ce réglage essentiel agira aussi sur le comportement du marteau ainsi que sur la qualité de répétition d’une note.

L’échappement se règle à l’aide d’un outil; le tourne à gauche petite cuvette ou grande cuvette (selon le piano).

Cet outil nous permet d’atteindre la vis de réglage et de la tourner dans le sens désiré selon que l’échappement a besoin d’être avancé ou reculé.

Sur un piano droit neuf, l’échappement des basses se règle à 3mm des cordes.

Sur des pianos anciens ou d’occasion, il conviendra d’effectuer des tests pour déterminer le meilleur échappement.

 

E : Réglage de l’attrapé et alignement des attrapes.

Attrapes non alignées

Attrapes alignées

Lorsque vous appuyez sur une touche et que vous maintenez une pression dessus, le marteau va aller frapper les cordes, mais ne reviendra pas dans sa position initiale. Il sera retenu par l’attrape. De cette manière si vous jouer successivement la même note, le marteau ayant moins de course à parcourir pour rejouer la note, pourra répéter plus rapidement la même note. L’idée est d’obtenir la même attrapé partout tout en s’assurant que les attrapes soient

Attrapée incorrecte

Attrapée correcte

bien alignées (pour le coté esthétique), cela ne sera possible que si l’enfoncement et le niveau de clavier ont été réalisés avec la plus grande régularité.                                                                                     

 

 

F : réglage du départ collectif des étouffoirs

Départ collectif

Départ collectif

Lorsque vous appuyez sur la pédale forte (pédale de droite), une transmission active un mécanisme qui relève les étouffoirs tous ensemble. Il est important que tous les étouffoirs se lèvent et se posent ensemble de manière a ce que toutes les notes jouées soient étouffées ensemble.

Pour ce faire, le technicien active très doucement la pédale et observe la levée d’étouffoirs, à l’aide d’un outil à couder, il vient plier légèrement les tiges d’étouffoirs afin de les positionner un peu plus en avant ou en arrière pour retarder ou accélérer leur départ. Cette opération est très délicate car une mauvaise manipulation peut rapidement désaxer l’étouffoirs dans une position ou il ne fonctionne plus correctement.

 

G : réglage du départ individuel des étouffoirs.

Cuillère

Départ individuel

Après avoir réglé le départ collectif, il faut maintenant régler le départ individuel. Celui-ci intervient dès que vous jouez une note.

De base tous les étouffoirs reposent contre les cordes. Lorsque vous jouez une note, l’étouffoir correspondant doit se relever de manière à ce que les cordes frappées émettent un son. Si l’étouffoir restait en place, le son produit serait quasi nul.

Pour ce faire un mécanisme ingénieux relie l’avancée du marteau vers les cordes à la cuillère placé sur le chevalet et en contact avec le bas de lame d’étouffoirs. Ainsi lorsque votre marteau est arrivé à un certain stade de sa course (la moitié de la distance marteau-corde) l’étouffoir doit se lever.

C’est aussi la levée de l’étouffoir qui donnera un certain poids au toucher. Ce réglage est donc primordial pour que la sensation de toucher soit régulière. Un départ individuel légèrement déréglé donnera la sensation que certaine touche sont très lourdes alors que d’autres sont légère. Un départ individuel fortement déréglé posera de plus sérieux problèmes tels que des notes qui ne jouent plus du tout ou au contraire des notes qui continuent de résonner.

 

Finalisation

Une fois toutes ces étapes finalisées, le piano est accordé une dernière fois puis remonté. Le technicien jouera quelques dizaines de minutes dessus afin de s’assurer que tout fonctionne parfaitement. On vérifie que le réglage tient et qu’il n’y a pas de bruit parasite (ceux-ci peuvent survenir après avoir remonté le meuble).

Le meuble et le clavier sont nettoyés puis le piano est emballé dans du cellophane prêt à être livré.

 

Le réglage de piano droit est une opération importante de l’entretien de votre piano et doit être effectué par un technicien expérimenté qui saura trouver les côtes de réglages et s’adapter aux particularités du piano.